Ferme sur le Vieux Chemin de Ligne

À  Saint-Norbert

Depuis 2014 jusqu'en 2019

Sur le rang Nord

La ferme

     La Ferme sur le Vieux Chemin de Ligne est une simple petite ferme sur un vieux chemin de ligne, un endroit où l’on sème des graines et des efforts et où l’on récolte des légumes et ben de l’agrément.

     La terre ici est travaillée à la main et par un fermier seul, et même si on n’est pas encore certifié rien par personne, on n’utilise pas de cossins et de patentes qui s’entendent pas bien avec les environs, parce que nos environs et notre terroir, on les aime saveur nature.

     Une autre chose qu’on aime, c’est faire pousser des variétés de légumes anciennes et antiques, d’autrefois et d’antan, de jadis et de naguère, parce que c’est plaisant de manger les mêmes choses que nos aïeux mangeaient y’a une couple de siècles, même si ces choses-là sont pas toujours aussi productives et jolies et résistantes aux petites pestes et aux maux que les nouvelles variétés d’aujourd’hui.

     Les légumes qui sortent de notre terre pleine d’argile sont vendus directement dans des paniers livrés à chaque semaine aux bonnes gens qui sont partenaires, à qui en veut bien à partir d’un petit kiosque en broche à foin situé à la fois sur la ferme et sur le bord de la route, et dans des marchés publics ici même à Saint-Norbert.

     Toute cette histoire là a commencé lentement mais sûrement à la saison 2014 à Saint-Norbert dans la belle Lanaudière, sur un petit bout de terre coincé entre le rang Nord et un vieux chemin de ligne.

     

    Sur notre ferme, on cultive un petit peu plus de 30 sortes de légumes et probablement autant de sortes de mauvaises herbes, sinon plus. On fait ça sur des parcelles de planches permanentes et sur une petite superficie de pas loin de 0,5 hectares.

     On est pas encore certifié biologique, mais on va peut-être bien faire les démarches un jour pas si lointain, quand on va avoir le temps et l'argent, qui sait. En attendant, on garde ça naturel en fertilisant au compost, en arrosant avec notre délicieuse eau de puits sulfureuse et en achetant des semences presque toutes certifiées biologiques et toutes sans traitement.

     Côté pesticides, on essaie de pas en utiliser en préférant la prévention au lieu de la guérison, comme en mettant des filets anti-insectes partout, en ramassant les bébittes à la main, en faisant des rotations de culture et en acceptant que des fois, ben les feuilles vont avoir des trous mais que tsé les légumes sont aussi bon là. Si jamais on a vraiment besoin de se mettre à gicler des produits, on prend quand même ceux qui sont acceptés dans les normes biologiques.

     Les seules machines qu'on utilise qui carburent à autre chose qu'à l'huile de bras et à la sueur de front, c'est un gros motoculteur et un petit tracteur à gazon, le reste c'est des binettes et des grelinettes et des brouettes et des pelles et des toiles et des fourches et des râteaux et des faux.

      Sinon, comme on dit pour ça, c'est ça.